Mine de plomb du Castelberg et mine de cuivre du Haut-bois. "De Kòschtelbäaich blëigrûw ûn de kopagrûw fäm howòlt."

L’exploitation du plomb au Castelberg s’est faite principalement entre 1880 et 1882 mais le gisement etait déjà connu avant 1793. La mine de plomb comportait une galerie avec trois chambres d’exploitation. Une unité de lavage-fonderie de plomb s’ est construite à Konken.

L’exploitation du cuivre au Haut-bois à démarré en 1858 et s’ est finie en 1864, environ 30 personnes y travaillaient. La mine comportait six galeries et trois chambres d’exploitation. (source Marc Mouth)

Photo prise entre 1977 et 1981, par Serge Kottmann, naturaliste et spéléologue
LA MINE DE CUIVRE DU HAUTBOIS
A LONGEVILLE-LÈS-SAINT-AVOLD.
Auteur Jacques Kunzler.

Bien avant l’ère du charbon, notre région a connu une activité minière importante. Pourtant ses mines de cuivre ou de plomb sont encore mal connues . Qu’elles soient romaines ou peut-être celtiques comme à Wallerfangen, du 17e siècle comme à Falck et Hargarten, du lSe siècle comme au Bleiberg à Saint-Avold , du 19e siècle comme au Hautbois à Longeville, toute leur étude historique et archéologique reste à faire .

Mines de plomb Castelberg.

EXTRACTION MINIÈRE ET MÉTALLURGIE AU
CASTELBERG A LONGEVILLE-LÈS-SAINT-AVOLD  (Bernard HAMON)
Le travail que nous avons entrepris depuis 1980 et dont nous vous présentons une facette aujourd’hui est une démarche certes historique , mais bien davantage archéologique . Nous avons délibérément inscrit notre cadre d’action dans un programme de recherche plus global qui se libelle le programme H 27 (nom d’une ligne budgétaire ministérielle) . Il s’ agit de l’étude des mines et de la métallurgie dans l’Est de la France depuis l’antiquité jusqu’à la période moderne .

Mines de plomb Castelberg.

CONTRIBUTION A L’ÉTUDE DES GÎTES MÉTALLIFÈRES DU CASTELBERG (MOSELLE)
par Christian PAUTROT

Les gîtes métallifères du Castelberg, près de Longeville-lès-
Saint-Avold se trouvent stratigraphiquement dans les couches
intermédiaires du Buntsandstein supérieur. Ils fournissent
essentiellement du plomb qui fut exploité de façon certaine à
partir du XIXe siècle (Jacquot 1857). Remarquons toutefois
que le toponyme «Castelberg» et la présence d’un vallum indiquent
une occupation beaucoup plus ancienne du genre oppidum
celtique avec exploitation possible du minerai.

Heinrich Gross - Les laveurs de mine.

Etude des mines ancienne (Pb / Ag / Cu) du Warndt du Nord Lorrain, France
Essai de chrono-typologie des techniques d’abattage (Antiquité – XIXe Siècle)
Mikaël ATTON

Le Warndt
Le massif du Warndt constitue une entité géologique et géomorphologique originale appartenant au massif Vosgien. Les vestiges concernant l’histoire des techniques minières y sont très présents. L’ancienneté et l’originalité de certains sites reposent sur la qualité des minerais extraits dès l’Antiquité. Les gisements de cuivre et de plomb qu’il contient ont généré une industrie minière et métallurgique dont l’origine remonte à l’époque romaine. Des traces plus anciennes remontant à la Protohistoire ne sont nullement à exclure et sont à mettre en relation avec certains oppida comme le Hérapel.

Carte des aléas “mouvements de terrain”. Longeville-Lès-Saint-Avold.

Site Natura 2000 “ Gîtes à chiroptères du Warndt (57) ”

Rédaction : Jean-François SCHNEIDER

Les sites d’hibernation des chauves-souris se répartissent en deux secteurs :
– Le secteur Hargarten-Falck-Dalem, qui regroupe les mines de Béring, de la Petite-Saule, de la Grande Saule, Saint Jacques, Saint Nicolas ainsi que les plus petitsouvrages de Dalem. A ces anciennes mines de cuivre et de plomb, il faut ajouter les tunnels désaffectés qui se trouve sur le ban de Hargarten aux mines.
– Le secteur Saint-Avold-Longeville-lès-Saint-Avold, qui regroupe la RNV de Longeville avec les deux mines du Hautbois et du Castelberg et la mine du Bleiberg à Saint-Avold.
– A ces deux secteurs, nous pouvons ajouter la carrière souterraine de Théding, en bordure du Warndt, et un ancien souterrain militaire dans la forêt de Forbach.